Attention : nouvelle adresse mail depuis novembre 2017. Ne plus utiliser l'ancienne hébergée chez Yahoo!

jeudi 12 mars 2015

IoT, ou Internet of Things. L'Internet des Objets...

L'Internet des Objets n'existera pas! Faut-il écrire ce genre de chose? En tout cas je le pense. Vouloir offrir une connectivité Internet à absolument tout appareil électronique est stupide à bien des égards :

  • Simplement la plupart du temps inutile.
  • Complexification a outrance de l'environnement de vie quotidienne.
  • Multiplication des possibilités de défaillances globales.
  • Incompétence des installateurs.
  • Dépendance face aux objets.
  • Prix des systèmes.
  • Consommations inutiles en ressource non renouvelables.
  • etc etc...

Sans compter que : est-il plus absurde de considérer que pour se simplifier la vie, moins il y a de systèmes complexes plus c'est simple, ou alors que plus cela dysfonctionne plus il faut rajouter de couches pour en permettre le contrôle?

Deux visions s'affrontent. Celle de l'utilisateur qui cherche un système fiable et peu complexe, à prix étudié...

Ah, la beauté du concept!

...à celle du monde économique qui cherche a 'refourguer' au Vulgus sa pseudo haute technologie au prix le plus stratosphérique possible.

https://www.semiwiki.com.
Le monde économique de l'électronique, 'en vrai',  c'est quoi?

Cela commence par des fabricants de composants qui, à l'instar de ce que fût ZigBee, cherchent en permanence à investir de nouveaux marchés en créant, si nécessaire, de nouveaux besoins et les composants permettant d'y répondre.

Puis, ces composants sont utilisés par des 'start-up' censées nous montrer la voie de ce qu'est le futur intelligent, à coup de thermostats hypers connectés, hypers intelligents et hypers inutiles dont le seul modèle économique se concentre sur la 'récupération' de vos habitudes quotidiennes et l'exploitation commerciale de ces informations. J'oubliais l'aspect 'Apple' du sujet : beau, inutile, fort cher, donc indispensable :

Côté design : rien à dire!
Et les questions qui fâchent :
  • Est-il pertinent d'équiper de petits systèmes, sensés effectuer au final peu de choses, des énormes ressources nécessaires à une liaison de type Ethernet ou WiFi. Tout cela pour transmettre quelques dizaines d'octets toutes les x minutes?
  • Et qui va maintenir ces systèmes? Les fabricants qui auront fermé boutique ou l'installateur qui ne possède ni les compétences ni les ressources?
  • Et à propos de la sécurité des liaisons? Comment fait-on? Est-ce prévu à la base?
En général, les réponses des constructeurs/commerciaux/installateurs se résument à :

Hum : beau travail. Dans le respect des normes, bien évidemment!
En fait, au delà du matraquage techno-commercial sur l'IoT, ce qui se met aujourd'hui en place est l'IoI ou l'internet des Infrastructures.

Le principe est très simple. Votre habitation est une infrastructure. Elle comporte des capteurs, des actionneurs, gérés par un système automatique central ou réparti qui présente sur Internet la page d'accès à la gestion de cette infra-structure. Rien de neuf donc?

Et bien non! A l'époque, un simple minitel permettait déjà de rentrer en communication avec son régulateur de chaudière pour en modifier le comportement! La même chose avec des moyens modernes dont une RaspberryPi.

Qui a dit que le minitel était 'mort'!

http://blog.uggy.org/?post/2015/02/22/Minitel-et-Raspberry

--- Un type de solution possible ---

J'ai recherché pendant plusieurs mois, un matériel capable de devenir le centre nerveux d'une solution de gestion de bâtiments.

Après avoir étudié différentes solutions commerciales, en  provenance de grands acteurs établis, ou à la limite du bricolage d'expert (geek), j'ai finalement jeté mon dévolu sur un ensemble d'appareils permettant l'automatisation, le contrôle en local avec un petit écran interactif et la mise à disposition sur le Net, d'une installation de gestion de bâtiment.

Premiers tests en filaire volant...
 De quoi se compose ce système :

  • D'un automate central équipé de plusieurs sorties à relais et à triac, de plusieurs entrées universelles pouvant se comporter en entrées numériques ou en entrées analogique 0-10V, ainsi que de sorties numériques dont certaines sont capables de PWM. Le tout protégé et fonctionnant sous une tension de 24V.
  • D'un boîtier de connexion vers Internet (le module avec l'adresse IP indiquée).
  • D'un petit écran tactile permettant une interaction locale avec le système.

Quels sont les avantages de ce système?

  • Ces trois appareils sont intégrés par le constructeur. C'est à dire que les logiciels de développement sont fournis et qu'ils proposent des fonctions pour simplifier la communication globale. Pour les initiés, cela signifie que le mappage de certains registres ModBus est déjà effectué dans des fonctions. La programmation globale du système s'en trouve donc améliorée.
  • L'automate est très flexible. Équipé de deux ports de communication RS485 ModBus, l'un en maître, l'autre en esclave, il est très facile d'étendre les possibilités d'entrées sortie.
  • La création des pages Internet à destination du module d'interface Web s'effectue de la même façon que pour le petit écran. A vrai dire, il est pratiquement possible d'effectuer un copier/coller entre les deux logiciels.
  • L'automate se programme à l'aide des langages conformes à la norme IEC 61131, ce qui en garanti une utilisation possible par le plus grand nombre et une bonne pérennité.
  • Les capacités en volume de programmation ne sont contraintes que par la mémoire totale du microcontrôleur de type ARM équipant l'automate ainsi que la passerelle Internet et l'écran tactile. 
  • Ce système n'est pas produit par un 'Grand' de l'automatisme en France, ce qui permet beaucoup plus de possibilités de négociations tant en terme d'utilisation des matériels qu'en prix d'achat! (publicité gratuite).
  • Cet ensemble de matériels est en mesure de s'adapter à la gestion de petites surfaces de bâtiments, ainsi qu'à des ensembles beaucoup plus important tout en n'imposant pas une complexification des installation.
  • Enfin, l'automate en lui-même est suffisamment versatile pour être utilisé de façon autonome, affecté à l'automatisation d'une machine par exemple.
Et les inconvénients de ce système?

J'en vois bien un ou deux, mais il est possible d'y remédier. Ce sera sans doute l'objet d'un autre billet sur ce système que je trouve fort intéressant!  

L'image ci-dessus présente un projet de test ou des températures sont lues depuis quelques capteurs, dont un en extérieur, récupéré sur un ancien onduleur APC et modifié pour fonctionner avec l'automate.

Le petit écran permet l'affichage de ces informations ainsi que la modification de certaines sorties, en concurrence avec la même interface disponible sur le Web :

L'image de fond est discutable!
A suivre...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire