Attention : nouvelle adresse mail depuis novembre 2017. Ne plus utiliser l'ancienne hébergée chez Yahoo!

mercredi 4 novembre 2015

MODOR NF-1

Cela faisait très longtemps que je n'avais pas acquis un synthétiseur neuf. La revente de certaines machines m'a permis de financer cet achat. Bien que nécessairement minimalistes, les différentes démo. que j'ai pu voir en ligne ainsi que le concept et l'ergonomie du NF-1 m'ont convaincu de passer le pas. J'ai donc passé commande chez Turnlab à Anvers. Quelques jours plus tard, pas loin de quinze en vrai (du aux delais d'approvisionnement et d'acheminement de la machine), j'ai reçu ceci :

Ça, c'est fait!
La boîte contient le synthétiseur (ouf), un manuel utilisateur en anglais, deux équerres pour la mise en rack, deux flancs en bois pour la mise en position horizontale et un bloc secteur de 9V 1A soit... 9Watts. L'appareil semble donc être très économe en énergie.

Ça, c'est fait aussi!
Nous sommes sur du matériel de constructeur disons, artisanal. Je m'attendais donc à quelques soucis. Le boitier présentait en effet un petit problème d'assemblage mécanique sur le flanc gauche :

D'ailleurs le connecteur d'alimentation n'est pas très centré.
Ce qui me donnait le prétexte attendu pour enlever les six vis du dessous, me permettant ainsi d'ouvrir le synthé. et d'en découvrir la réalisation. Je dois l'avouer de suite, je n'ai pas été déçu par la réalisation de la carte mère, pas plus que par celle de la face avant. Les circuits imprimés sont de bonne facture et l'assemblage est très bien réalisé.


Jolie carte mère.
Cette carte ne présente rien de sensationnel et on y retrouve aisément les blocs fonctionnels :

  1. Le convertisseur numérique/analogique audio, un CS4334.
  2. Le connecteur du bouton de volume, qui sert aussi de switch on/off.
  3. Le connecteur JTAG de programmation du firmware du DSP.
  4. Le DSP56724, c'est lui qui génère toute la partie audio.
  5. Le connecteur gérant les switchs et les potentiomètres de la face avant.
  6. Les connecteurs pour l'écran LCD.
  7. Le microcontrôleur qui gère la face avant et envoie les instructions de configuration au DSP.
  8. Le banc de mémoires non volatile qui contient les patchs.
  9. Les circuits d'interface MIDI dont l'optocoupleur.
  10. Le connecteur s'occupant des LEDs de la face avant.
  11. Le connecteur de programmation du PIC18F67J60.
  12. Les régulateurs de tension : un 7805 et deux LM317.
L'énoncé des composants du circuit suffit à comprendre dans les grande lignes l'implémentation numérique du synthétiseur.

La carte de gestion de la face avant est du même acabit. Elle est aussi très bien réalisée et fonctionne à merveille. A noter un point EXTRÊMEMENT IMPORTANT : les boutons poussoirs de la face avant sont de type Marquardt. Ce sont des boutons de très très bonne qualité et au touché parfait. Absolument rien à voir avec les switchs douteux que l'on peut trouver sur la plupart des machines de grandes marques. Ce type de bouton poussoir équipait il me semble le Matrix12 et l' Xpander Oberheim, histoire de le dire. Dans un billet précédent, j'évoquais la façon dont est parfois traité le client, et bien ici on ne se moque pas de lui!

Les composants sont de l'autre côté.
Je n'ai pas démonté cette carte. Il aurait fallu enlever tous les capuchons et peut-être dévisser les potentiomètres pour trouver quoi? Sans doute des multiplexeurs numériques et analogiques, ou peut-être un autre processeur recevant ses ordres du processeur de la carte mère? J'ai des doutes sur cette dernière possibilité, les connecteurs auraient été plus petits car véhiculant alors certainement des signaux série. Il ne semble pas que ce soit le cas ici.

A noter aussi que le réglage des potentiomètre est particulièrement précis et stable. L'utilisation de la face avant est un régal total et promet de longues heures d'utilisation agréable. Rien à voir avec ce que j'ai pu connaitre avec un Andromeda A6. L'instabilité de la face avant avait mérité à elle seule le fait de me séparer de la machine.

Les premiers tests audios avec les sons présents au déballage de la machine m'ont montré des possibilités très variées et une présence spectrale tout à fait plaisante malgré un étage de sortie audio pouvant sembler 'simpliste'.

Hormis quelques approximations dans l'assemblage du boitier, ce synthétiseur fonctionne parfaitement. Je n'ai rencontré pour l'instant aucun plantage ni problème de quelque ordre que ce soit.

J'aurais cependant quelque remarques à faire à Monsieur Belmans :

  • Il n'aurait peut-être pas été inutile de prévoir une sortie casque. 
  • Le défilement des rubriques principales du menu par appuis successifs avant une seconde n'est pas franchement très commode. Vous ne pourriez pas passer à deux secondes?
  • Comment est-il prévu d'effectuer les mises à jour des firmwares de la machine, si mise à jour il y a. La carte mère possède bien des connecteurs permettant cette opération mais cela ne me semble pas être trivial en ce qui concerne le DSP. 

Conclusion : j'ai pu lire certains commentaires de personnes 'estimant' le prix demandé pour ce synthétiseur, plutôt élevé. En ce qui me concerne, je suis d'un avis tout à fait contraire. Le moteur de synthèse semble tout à fait puissant, la réalisation globale est très correcte et tout particulièrement celle de la face avant qui est absolument géniale, en plus d'être très agréable à l’œil. Et dans le ressenti de la manipulation, ça compte!

Pour une première machine, bravo Monsieur Belmans.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire