dimanche 25 octobre 2015

Doit-on s'en désoler?

Une petite brève concernant la 'notion' de développement durable, les énergies renouvelables, et l'interprétation libre qui en est faite dans notre belle contrée.

Ou : quid de l'éolienne du Lycée Eric Tabarly des Sables d'Olonne!

En 2008, durant la grande période politico-médiatique du développement durable, fût commencée la construction effective du Lycée technique Eric Tabarly aux Sables d'Olonnes. L'aspect novateur de ce lycée en matière de traitement de la consommation énergétique fût largement médiatisé. Trois sources principales d'énergie 'alternative' devaient amener à une réduction de la consommation globale de l'établissement.

De ce qu'il me fût possible de constater à l'époque en passant devant cette construction, j'avais pu identifier trois sources potentielles d'énergie 'locale': du solaire thermique, du photovoltaïque, de l'éolien.

Image promotionnelle récupérée sur le web.
Ces trois sources d'énergie ont bien évidemment toutes été installées et, passant régulièrement devant l'établissement, j'ai pu constater la mise en place et le fonctionnement de l'éolienne prévue. Bien! C'était il me semble courant 2009.

Me faisant plus rare dans la région ces derniers mois, c'est avec étonnement que j'ai retrouvé, en juillet de cette année, cette belle éolienne en légère difficulté :

JUILLET 2015.
Photo personnelle.
J'ai donc tenté d'obtenir quelques informations sur la situation de cette machine. J'ai juste pu 'savoir' que, suite à un problème technique que j'ignore, la mise à terre de l'appareil a été décidée en début d'année 2015 (il me semble) afin d'éviter tout problème de sécurité. Il est possible d'imaginer qu'il s'agit donc d'un dysfonctionnement se situant au niveau du rotor puisque le mat avait sans doute été correctement fixé.

Cependant, j'ai aussi pu apprendre que la remise en fonctionnement de cette source d'énergie durable 'devait certainement' être considérée à la rentrée scolaire et que fin d'année, des travaux de remise en fonction allaient être entrepris.

Or, le hasard à fait que j'ai de nouveau eu l'occasion de repasser devant ce lycée ces derniers jours (fin octobre). Voilà ce que j'ai pu constater de la remise en fonction de la machine :

OCTOBRE 2015.
L'été est passé, l'herbe est de nouveau verte.

10 JANVIER 2016.
'Happy new year'.
Janvier 2016 : D'après des sources 'proches du dossier', Le cas de cette éolienne pose toujours problème au sein de la direction de l'établissement. Problème de deux ordres, technique et financier.
Financier puisqu'il 'semblerait' difficile d'obtenir de la région (financeur du projet) l'aide appropriée nécessaire à la prise en charge d'une éventuelle réparation. Technique puisque il 'semblerait' que l'entreprise ayant fourni la prestation d'installation de cette éolienne.... n'existe plus.
Moi j'ai dit bizarre? Comme c'est étrange!

En considérant tout le côté 'publicité' politico-médiatique sur le sujet, passé de mode, ainsi que les restrictions budgétaires conduisant aujourd'hui à des prises de décisions souvent arbitraires et donc, indiscutables, il est fort à parier que cette éolienne finisse sa courte vie de cinq  années à la décharge. Non?

L'ensemble des sources d'énergies renouvelables était censé fournir 15% des besoins de l'établissement (fiche-reference-789 Indiggo, toujours disponible librement sur le web à la date de ce billet). Qu'en est-il aujourd'hui?

Une image retrouvée sur le web, ce à quoi cela 'ressemblait en vrai' à la livraison de l'établissement :



A suivre...

Février 2017 : clap de fin!


Comme cela était prévisible, toute trace de l’éolienne à été effacée.

Je n'ai pas obtenu la date réelle de l’enlèvement de la machine, mais ce fût en 2016, soit moins d'un an après ce que j'écrivais plus haut quant à l'avenir de cet 'instrument politico- promotionnel'. L'évidence était donc bien... évidente.

La raison invoquée : réparation trop chère. Je n'ai pas eu 'la chance' d'avoir accès à la mécanique mais il n'est pas sûr que la panne n'ait pas été réparable à coût largement raisonnable. Le problème est que d'une part les entreprise 'compétentes' sur ce genre de 'petit matériel' n'existent plus, et qu'il aurait fallu des ressources en interne pour gérer le dossier.

Ressources internes qui globalement se réduisent, disparaissent, et sont en fait et de façon tout à fait tendancieuses et cachées, transférées à la sphère privée.

Le 'mirage du développement durable' initié sous le 'règne' de nicolas sarkosy a, comme tous les mirages politicos-emfumatoires électoralistes, fait long-feu. L'électronique, l'informatique, les bios-tech, les nano- particules, le développement durable, et en fait même carrément rien sous hollande (le règne du vide absolu mais rempli quand même de french-tech!), nous amène tranquillement vers celui de la 'transition énergétique'.

Il est cependant fort à parier que cette 'nouvelle direction' vers laquelle toutes les énergies doivent se concentrer, se fasse de façon plus 'brutale', plus dispendieuse pour le contribuable et en dehors du contrôle de la sphère publique, privatisée aujourd'hui à marche forcée (normes contraignantes, lois, décrets etc etc...) par les détenteurs des pouvoirs nationaux et locaux. La 'communication d'acceptance' politico-médiatique vers le 'bon peuple' à déjà commencé!
  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire