Attention : nouvelle adresse mail depuis novembre 2017. Ne plus utiliser l'ancienne hébergée chez Yahoo!

jeudi 5 avril 2018

Synthfest 2018.

Cette année, je n'ai pu me rendre comme je l'aurais souhaité au Synthfest et n'ai pu y passer qu'un peu plus de deux heures le dimanche. Ce qui est relativement dommageable vu l'énorme programme des trois jours de la manifestation.

Une pléthore d'informations sur cet évènement est disponible sur le site de l'association : https://www.synthfestfrance.com, ainsi qu'un compte rendu, disponible sur la page Facebook .

Durant ma 'petite promenade' à l'intérieur des locaux, largement augmentés en surface et en interactivité cette année, grâce à des sessions privées et des espaces constructeurs assez calmes à l'étage, j'ai eu l'occasion d'effectuer quelques tests et rencontrer quelques personnes.

Concernant le matériel, j'ai pu réellement essayer cette fois le Montage Yamaha comme j'avais pu le faire pour le Kronos l'année dernière.


De sorte que j'ai pu juger par moi-même des caractéristiques de la machine, et donc enfin aller au-delà des démonstrations de Katsunori UJIIE ;-)

Avis très personnel, évidemment : L'ergonomie est plutôt bonne, comme l'est celle du Kronos. Les sons sont bons et vraiment variés. La possibilité d'expressivité en temps réel est aussi très bonne. Mais je ne sais pas. De la même façon que pour le Kronos, je dirais que it's a litle bit, de trop!
J'ai du mal à accrocher. Comme une impression d'indigestion après un repas trop garni. Je ne sais pas, ça manque de défauts (sonores) caractéristiques, de personnalité en somme. Genre : on vous a tout mis la-dedans, débrouillez-vous avec : hum!!!

Par contre j'ai adoré une 'petite' machine dont j'avais entendu parlé il y a de cela quelques mois mais sans plus, et qui était présentée au Synthfest : le Vox Continental.


C'est une machine prévue à la base pour émuler les sons d'orgues et de piano électrique de l'époque. Mais pas que. D'autre types de sonorités ont été implémentées dans la machine. Vous trouverez des informations détaillées sur le Web à ce sujet.

L'appareil est solide, pas très grand et pas lourd du tout (moins de 9kg). Il est beau et propose un panneau de commande absolument génial : simple, convivial et très pratique.


Le système d'émulation de tirettes est tactile, et ne sert pas qu'aux sons d'orgue, mais permet aussi de modifier des paramètres des sons de synthés. Terriblement efficace et pratique!

'Huit s'condes' suffisent à comprendre l'ergonomie de l'engin. Le clavier semi-lesté est très agréable et les sons sont vraiment très bons. Cela ressemble à du Nord, mais exprimé de façon légèrement différente, encore plus simple je dirais. Évidemment, il n'y a pas ici une section de synthèse aussi puissante que sur les Nords, mais ça n'est évidemment pas l'objectif de cette machine.

La partie gauche du panneau de contrôle.
La partie droite du panneau de contrôle.
Sur la partie gauche, la grille lumineuse permet d'observer la pseudo lampe de sortie de l'étage analogique de la machine. Je ne suis pas sûr que cela ajoute à l'intérêt sonore, mais bon, nous sommes dans un monde marchand. Pour la petite info, il est amusant de constater que ce que je prenais comme idée incongrue il y a quelques années, d'utiliser un afficheur VFD pour simuler le fonctionnement d'un vrai tube, a ici été utilisée par Korg, et implémenté dans ce Vox. Pour la maintenance de la machine, ça n'est peut-être pas un bon point parce qu'une fois la période de garantie passée, le dysfonctionnement de cette lampe risque de poser problème. Mais ceci est une autre histoire...

Le type de 'tube' de son vrai nom 'Nutube 6P1' (il est vrai que 6P0 était déjà bien connu) que l'on peut apercevoir à travers la grille.

https://hackaday.io
Korg rend même disponible, sous conditions, les caractéristiques de ce tube :

Que les premières lignes du datascheet.
J'aime bien aussi la 'molette' de pitch, positionnée sur la partie gauche du clavier :


Bref, une machine sur laquelle j'ai de suite eu envie de poser les doigts, et qui me l'a bien rendu...
Et pour la scène, c'est juste génial. Sous réserve bien entendu que l'objectif ne soit pas d'interpréter du Kraftwerk, et encore que, avec un expandeur....

Et puisque j'évoquais Korg, le Prologue était présent :


Je ne l'ai pas essayé, je n'ai pas eu le temps, il était présent dans la même pièce que le Vox, et j'ai eu quelques difficultés à me décrocher du Vox...

Dans la salle principale, étaient présents une foultitude de modulaires. Je ne les ai pas tous photographiés pour cause de manque de lumière de façon périodique :





Et la présence de quelques beaux ancêtres numériques sur scène :


Et puis la rencontre de quelques créateurs de matériels dont Laurent Lecatelier, créateur du superbe The River :


Avec lequel j'ai pu discuter du processus d'élaboration des prototypes des cartes, puis des difficultés d'industrialisation quand un résultat parfait est l'objectif :

Vous ne la verrai pas en plus grand!
Puis d'autres personnes rencontrées qui ont évoqué ce blog et avec lesquelles j'ai pu échanger avec enthousiasme sur les réparations de matériels et sur mes développements en cours dont notamment mon réseau MiDI, merci Franck!

Bien que présent très peu de temps à cette édition du Synthfest, j'y ai rencontré des personnes absolument passionnées et accessibles, et ça, c'est un vrai régal.

Impossible de ne pas mentionner le contact et la gentillesse de Laurent Pelletier....

Vivement l'année prochaine!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire