lundi 18 mai 2015

ATmega168pb, après la decouverte, une réalisation.

Il y a deux mois de cela, je présentais le début du développement d'un thermostat d'ambiance basé sur un processeur Atmel ATmega168pb. Développement entamé à la suite de la découverte du kit de 'développement' à bas prix d'Atmel, le kit ATmega168 XPLAINED.

Ce kit de développement, ou plus exactement de 'découverte', m'a permis de tester toutes les parties logicielles et matérielles nécessaires a mon application, a savoir un thermostat. Dans la 'vraie vie', je n'utiliserai pas ce processeur mais la version juste au dessus, l'ATmega328 qui propose exactement la même architecture mais avec une mémoire flash de 32Koctets et non pas 16Koctets. Les routines de gestion de l'affichage graphique, et notamment la définition graphique des caractères, consomment énormément de mémoire. Il risquait de ne pas m'en rester suffisamment dans le mega168 pour me permettre l’écriture complète de l'application.

J'ai décidé de ne pas utiliser d'afficheur tactile, mais à la place de vrais boutons, assez volumineux et faciles a manipuler, ainsi qu'un codeur rotatif pour une entrée plus facile des paramètres de l'appareil.
D'autre part le thermostat sera en mesure d'afficher la température, évidemment, mais aussi le taux d’humidité relative ainsi que le taux de CO2 si nécessaire. 

En outre, ce thermostat ne sera pas le seul appareil constituant la solution de contrôle de température, mais en constituera plus vraisemblablement le 'terminal' de saisie et de gestion du processus. Ce thermostat étant destiné a remplacer le vieil appareil qui gère la température de confort de  mon appartement, il devra envoyer l'information de mise en fonctionnement de la chaudière par l’intermédiaire du câble de commutation pré-existant. En d'autres termes, remplacer le système déjà présent sans exiger de modification de câblage au préalable.

J'ai donc effectué mon étude en utilisant le logiciel de conception Kicad. Excellent logiciel que j'utilise depuis des années. Et voici les deux faces du circuit imprimé dont je viens de commander la réalisation :


Circuit imprimé qui ne présente aucune difficulté.

Présenté comme cela, ça ne 'veut pas forcément dire grand chose'. Je vous l'accorde. Reste à attendre le circuit imprimé et à en constater la qualité de fabrication, ainsi que les éventuelles erreurs de conception. Le processus de réalisation d'un montage électronique en passe par là, mais il s'agit d'une étape que je trouve très agréable puisque, même si tout ne fonctionne pas au premier essai, c'est a partir de ce moment que l’idée originelle commence réellement à prendre vie!   

A suivre...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire